Call us toll free: +33 5 53 67 49 10
Top notch Multipurpose WordPress Theme!

Gilles ZAUGG, producteur de KIWI, lieu dit LAMAZERE à ROZES (32)

Gilles ZAUGG, producteur de KIWI, lieu dit LAMAZERE à ROZES (32)

Installé en 1994 sur l’exploitation familiale composée de 33ha dont 10% de vignes, 10% de céréales et 80 de prairies et maïs ensilage. Avec un quota de 137000 litres de lait pour 25 vaches laitières, Gilles ZAUGG décide d’arrêter le lait en 2008 avec la crise laitière et les premières mises aux normes passant le quota à 250 000 litres.
Avec la vente des animaux, il finance son nouveau projet de réorientation du système familial en grandes cultures et arboriculture. En 2012, l’évolution des normes phytosanitaires et la mise aux normes des exploitations incitent à la création d’une aire de lavage.
Fort d’une solide expérience de vendangeur globe trotteur, il découvre des aires de lavage communes pour le matériel de récolte. C’est ainsi que l’idée de faire une aire de lavage en commun via la CUMA est née.

Actuellement Gilles ZAUGG exploite 109 ha de céréales pratiquement tous irrigables, 20 ha de prairies et bientôt 5 ha de KIWI. En 2015 il opte pour la conversion de 50 % de sa surface en bio, les contrats de semences ne permettant pas de faire passer l’ensemble de l’exploitation. Il réfléchit à convertir toutes ses surfaces et à faire des semences bio.


Gilles ZAUGG est passé d’une exploitation familiale en polyculture élevage lait vers une exploitation céréalière en conversion bio. Il exploite aujourd’hui 134 ha dont 5 ha de Kiwi depuis 2010.

Le Kiwi : un projet d'avenir

  • En 2010 j’ai eu l’opportunité de racheter un verger de Kiwi de 2ha. Je me suis lancé. Dans le contexte de l’arrêt de ma production laitière, c’était un moyen de rebondir financièrement. Le verger était alors à l’abandon, je réalise donc de gros travaux de fonds en remplaçant 150 pieds femelles sur les 500 existants. Je commence par produire 15 tonnes/ha sur les 20 tonnes/ha que peut produire potentiellement le verger La 3ième année, la grêle détruit toute la production et je ne produis que 6 tonnes pour 2 ha, j’investis dans des filets de protection. Il aura fallu presque 6 années pour que le verger recommence à produire (25 tonnes pour 2 ha). Je commercialise presque exclusivement avec la coopérative CADRALBRET. Les 10 % que je peux vendre en direct sont vendus via des circuits de proximité que j’ai développés comme la Ruche qui dit Oui ou des magasins de producteurs. En 2015, la coopérative a lancé un projet de développement des surfaces de production auquel j’ai adhéré par l’agrandissement du verger de 2 à 5 ha. J’ai également adhéré au programme AGRICONFIANCE et GLOBAL GAP. L’investissement initial est de 100 000 euros hors foncier dont 50 % reste à autofinancer après déduction des différentes subventions. Il faudra au minimum 5 années avant de voir les fruits de cet investissement. Le potentiel du verger est de produire 20 tonnes/ha chaque année.