Diversifiez votre portefeuille à l’aide de valeurs américaines.

Les Valeurs du mois

Diversifiez votre portefeuille avec des valeurs américaines

Diversifiez votre portefeuille à l'aide de valeurs américaines.

La sélection de valeurs du magazine était jusqu’à présent essentiellement centrée sur la France, à une exception près, ASML Holding. Pour des raisons tenant à une meilleure connaissance de ces entreprises, et à une plus grande proximité. Mais avec le risque d’une récession plus forte en zone euro, il nous a semblé opportun de diversifier notre portefeuille avec des actions américaines pour profiter entre autres du dynamisme des fameuses valeurs technologiques (dont les plus connues sont regroupées sous l’acronyme Gafam).

« Le marché boursier américain est le premier au monde, explique Christian Bito, Vice-président de SwissLife Gestion Privée. C’est lui qui concentre les plus importants flux d’investissements ». « C’est le marché leader de la croissance économique mondiale, renchérit Thierry Combes, gérant spécialisé dans les actions américaines chez Rothschild & Co Asset Management Europe. Toutes les grandes décisions financières sont prises outre-Atlantique ».

La question est de savoir si le moment est propice ou non. « La vigueur du dollar, qui joue parfaitement son rôle de valeur refuge, la remontée rapide des taux d’intérêt – la banque centrale américaine a pris l’initiative la première de relever ses taux pour lutter contre l’inflation -, et la dépendance plus faible du pays sur le plan énergétique – le nombre de forages pétroliers a doublé depuis le début de l’année sur le sol américain -, devraient permettre à l’économie américaine de redémarrer plus rapidement », note Christian Bito.

La capacité à rebondir de l’économie américaine, qui est centrée sur le consommateur, n’est plus à démontrer. D’autant qu’elle bénéficiera des différents plans votés par l’administration Biden, qui concernent notamment la remise en état des infrastructures ou, plus récemment, la transition énergétique.

Sur le plan boursier, « avec le recul des indices depuis le début de l’année, – de plus de 32 % pour le Nasdaq, l’indice des valeurs technologiques, et de 24% pour le S&P 500, l’indice le plus représentatif de la diversité de la cote américaine -, les marchés ont corrigé une grande partie de leurs excès d’après Covid », explique M. Bito. Entre le point bas de mars 2020 et décembre 2021, le S&P 500 avait par exemple doublé. « Les valorisations sont devenues plus attractives, approuve Thierry Combes. Le multiple moyen de capitalisation des bénéfices du S&P 500 est retombé à 16 fois pour 2023, proche de son niveau historique de long terme de 14-15 fois ». Et de préciser : « Les valorisations des valeurs technologiques n’étaient pas soutenables, ce sont celles qui se sont le plus effondrées ».

Les marchés ont corrigé une grande partie de leurs excès post-Covid

Reste à savoir si les prévisions de bénéfices ont été suffisamment révisées à la baisse. La question se pose pour Thierry Combes : « La banque centrale américaine a débuté son cycle de resserrement monétaire de manière trop tardive, en mars 2022, explique-t-il. En raison de la crise sanitaire, elle n’a pas pris la pleine mesure des pressions inflationnistes, qui s’expliquent par des goulots d’étranglement au niveau du système productif mondial. Le mouvement de hausse des taux qu’elle a initié est rapide et brutal. Il pourrait déboucher sur un atterrissage en douceur de l’économie, mais aussi sur une récession, si la Fed va trop loin ». Auquel cas les profits, et par ricochet les marchés, pourraient encore baisser. Dans ce contexte, l’attention des investisseurs se portera encore et toujours au cours des prochains mois sur les décisions de la Fed et sur les indicateurs macroéconomiques, et notamment l’inflation. Mais une nouvelle correction boursière que d’aucuns évoquent n’est pas le scénario central que nous privilégions pour l’instant. Nous lui préférons celui d’un ajustement. A cet égard, notre pratique d’assortir nos conseils de limites d’achat trouve tout son sens dans le contexte actuel d’extrême volatilité.


Publié

dans

par

Étiquettes :